pereoliveolivepereolive2

 

Février ! La terre est rude. elle attend le printemps. Mais avant, il faut traverser l'hiver. Le soleil est plus pâle, les jours plus courts. est-ce pour cela que février s'ouvre sur la Chandeleur, fête de la lumière ?

Quarante jours après la naissance de Jésus, c'est le temps de la présentation du Seigneur au Temple. Syméon en le voyant s'écrie :

"Maintenant mes yeux ont vu le salut, la lumière qui éclaire tous les peuples."

Nous marchons à cette clarté, plus forte que l'hiver. Février va son chemin et nous mènera à l'entrée dans le Carême, un autre temps pour nos terres intérieures. Le temps de la germination de Pâques, le temps d'ouvrir large les Ecritures et d'y trouver nourriture. D'ouvrir le coeur pour y accueillir la Parole. D'ouvrir le temps au partage et à la rencontre. D'ouvrir les yeux à autrui comme un frère. De nous ouvrir aux temps nouveaux que Dieu façonne en chacun et dont il fait projet pour l'humanité tout entière.

C'est le temps du long désir, des temps nouveaux que Dieu instaure, dès aujourd'hui, si nous y consentons de tout notre être ! voilà qui balise lumineusement le chemin, quel que soit l'hiver.


Père Jacques NIEUVIARTS
assomptioniste

 

Joyeuse lumière

Lumière radieuse de la gloire,

de l'immortel et bienheureux Père céleste,

ô Jésus-Christ.

Parvenus au coucher du soleil,

nous regardons la clarté du soir :

nous chantons le Père et le Fils

et le Saint Esprit de Dieu.

Tu es digne, à jamais,

d'être chanté par des vois pures,

ô Fils de Dieu qui donne vie :

aussi l'univers proclame-t-il ta gloire.

 

NOËL A LA LÉGION 

par le

Père Olive TAGLIAZUCCHI

Dans les garnisons, légion, métropoles ou territoires d'opérations extérieures, tout commence par du théâtre.

Le régiment rassemblé assiste à des sketches, des scénettes mettant en exergue les travers, les manies et tics de certains officiers et sous-officiers dans la manière d'exercer le commandement. Ces représentations sont diversement appréciées selon le coté de la barrière.

 

Viennent ensuite la veillée de prières, l' Eucharistie avec les chants traditionnels par les représentants des différents pays composant le régiment. C'est un temps fort pendant lequel coulent des larmes de la nostalgie atavique : l’âme du propre pays d'origine. Suit la visite des crèches. Un groupe est constitué pour la notation (légionnaire, caporaux, caporaux chefs, sous-officiers, officiers, représentants de la société civile : sous-préfet, maire, notables, et clergé).

Une délibération détermine les trois crèches les plus originales, les plus innovantes, les plus « esprit légion ».

La veillée se poursuit par un dîner dans chaque compagnie, (mets succulents, boudins blancs, vins capiteux)... avec toujours la surprise du chef queue.

Cette nuit de Noël regroupe pour toute la nuitée, les compagnies : les officiers restent au camp afin de servir au matin les petits déjeuners aux légionnaires. Légion une famille, légion une patrie.

J'ai vécu ce rituel sous tous les cieux où était engagée la légion. Une grande variante, et de taille, notre contribution à l'amélioration des menus des autochtones, et la distribution des fournitures scolaires voire médicales aux indigènes. Je retiens quelques célébrations de la Nativité : en terre saoudienne, terre sainte d'islam, à l'aéroport de Sarajevo sous le fracas des armes, à Faya-Largeau (préfecture du nord du Tchad) en pleine tempête de sable.

NOËL – PAIX – VIE – ÉQUITÉ

NOËL – GUERRE – MORT – ARNAQUE

Quel Noël ?

Joyeux Noël, mon frère, que la PAIX soit avec toi. Tu sais cette Paix qui se confond avec l'Amour. Ils ont tagués « fais l'amour et pas la guerre ! »

Au fond, ils n'avaient pas tort, car vois-tu, la paix fait souffler sur la terre, une brise de tendresse, d'amitié, quel beau rêve de fraternité dans notre cœur. Il faut la semer, la faire germer avec la patience du jardinier.

Citoyen du monde, moi Olive, je vous souhaite tendresse, amitié, amour, paix, sérénité, écoute, partage, réconfort. J'ai tellement subi les guerres, les affrontements, les embuscades, les crimes gratuits que volontiers je donne ma vie pour la Paix et la justice et l'équité.

Dis, et si c'était vrai, si la paix s'instaurait, s'installait, dis, si.....

E mi pare stu bambinu, quellu di u mio paese.

Bellu cum'un anghjulinu

Sotta le mio stelle incese,

Ch'ellu dica, ellu minutu

Ma cum'é ch'ùn si venutu ?

 

Dis, si c'était vrai, si la Paix s'instaurait, s'installait, dis, si......et si la paix était un leurre, une utopie, une gageure.....

L'homme est un loup pour l'homme, la finance une spoliatrice spirituelle, l'Etat un gouffre abyssal, le puissant un tortionnaire aveugle

Amis, chantez la Paix, appelez là de toutes vos forces, de toutes vos tripes.

Elle ne sera jamais au rendez-vous de l'homme.

Nous pouvons nous bercer de douces illusions, le pacte originel définitivement rompu  a fermé à tout jamais la lucarne de la paix.

Nouvel article du Père Olive sur le temps de l'Avent

 

Le temps de l'Avent court sur quatre dimanches, chacun avec un thème précis.

Le 27 novembre invite à veiller. Le 04 décembre préconise la conversion.

Le 11 décembre laisse éclater la liesse. Le 18 décembre signale la proximité de l'évènement.

La liturgie du premier dimanche introduit a cette belle attitude du "VEILLEUR".

Sur les pitons de la bande d'Aouzou (nord du Tchad), j'ai veillé.

Oui, toi l'infini, je t'ai cherché dans l'immensité du désert.

 
 
 
 

Sur les sommets de la Bosnie-Herzégovine, j'ai guetté. Oui, le Maître de l'Univers, j'ai fait le guet, je scrutais, pénétrant la voûte étoilée.

En Arabie Saoudite, je me suis fait Vigie, j'ai scruté, en dépit de la menace nucléaire.
 

J'ai usé mes yeux à TE REGARDER. J'ai perdu l'ouie à T'ECOUTER.

Es-tu seulement VENU ? Tes-tu MANIFESTE ?
Sans doute ne t'ai-je point vu ? Peut-être ne t'ai-je pas entendu ?
 
Mais alors... SEIGNEUR, ô toi l'Eternel MISERICORDIEUX, aurais-je veillé, scruté, attendu en vain ? Dis...

Je ne me suis pas endormi, je voulais alerter, prévenir, crier, hurler, bondir, sauter !

 

Crispé, raidi, englouti, je suis passé à côté de l'ESSENTIEL.
Je ne t'ai pas RECONNU.
J'ai baissé la garde : pitié.
Toi le Souffle léger,
Toi l'Etranger,
Toi l'Indésirable,
Toi le Déraciné, 
TOI...
J'ai veillé,
J'ai attendu,
 
TU ES VENU ! 
 

Les arbres perdent leurs feuilles, mois de grisaille, acqua in ventu, prélude à l'hiver.

Mois propice à la route des sens : nos coeurs sont habités par une grande lumière.

Pour combler nos élans, Dame Sagesse se laisse apprivoiser. Elle devance les désirs de ceux qui la cherchent.

 Elle transforme nos manières de vivre car elle nous convie à une approche vraie des personnes que nous cotoyons ou les éléments que nous voulons maîtriser.

________________________

 

"U core ùn si ne scorda : un amore cristianu

Ha per le cose andate e la memoria artista

Li tesse un velu d'oru e, d'una fiura trista,

Face un campu fiuritu, un sole di veranu."

 "Amicu, da quassù,

U ventu chi a sà,

Ti risponde si tu

Sai ascultà".

 

Autoportrait du  curé de la paroisse 

 

So natu in Alisgiani in u 1942.

Mon périple épouse les contours d'un « séminariste» de l'époque !

 Temps forts

 Ordination le 29 juin 1967 par Mgr André Collini, à St Jean-Baptiste de Bastia.

1967-1978 : Ajacciu, St Roch, Sacré cœur, Rive sud du golfe d'Ajacciu_ Coti Chiavari-Acqua d'Oria- Pietrosella,

1978-2000 : Aumônier militaire, du culte catholique,

Garnisons : Hyères- Lunéville

11ème Division parachutiste. Tarbes- Carcassonne-Castres- Montauban-Toulouse- Calvi

Interventions : Centre Afrique- Tchad-ex Yougoslavie-Nouvelle Calédonie-Arabie Saoudite- Koweït- Irak....

2000-2002 : Université Corté 

2002-2011 : Cumbentu d'Alisgiani.

Je ne suis pas un "intermittent du spectacle cultuel".  Atypique, je ne réponds pas aux canons de beauté du prêtre classique.

Mon look conforte mes facéties ! So in l' ortu e zappu in cu i frati, ancu s'ellu un ci n'e piu !

Chargé, avec d'autres, de conduire une portion du peuple chrétien, je signifie que la communion est reçue du Christ.

Je pense en communauté ecclésiale, animateur d'un ensemble soudé autour des équipes de coordination pastorale.

Parlu a l'accelli.

Quante a parla a i zitelli,

sempre allegru e scherzosu

di San Ghjuva la chiesa so amorosu !