«Revenons à la fête d'aujourd'hui : tout concourt à notre bonheur, tout se réjouit avec nous. La part « princière » de l'année déploie ses fastes pour le « prince » des jours : elle prodigue tout ce qu'elle a de plus beau et de plus attirant : lumière plus transparente, sources plus limpides, profusions de fleurs, et sur les prairies les vagues des petits agneaux.

Oiseaux, forêts, abeilles, toutes les créatures chantent le Seigneur et leur louange devient la mienne. C'est le printemps du monde, le printemps spirituel : printemps pour les âmes et printemps pour les corps ; printemps visible et printemps invisible. Puisse-t-il dès cette vie, nous changer noblement, et que « nouveaux » nous soyons transférés vers la vie nouvelle, dans le Christ Jésus Notre Seigneur à qui gloire, honneur et puissance, avec l'Esprit, pour la gloire de Dieu le Père. Amen. »

SAINT GREGOIRE DE NAZIANZE, Père de l'Eglise (+389)

Qui ne voit que tout ceci est un symbole des mystères célestes de la Pâque ?