Viens, Esprit de vérité !

« Pour confirmer ce qu'il avait dit, (Jésus) a ajouté : « l'Esprit de vérité », pour montrer quelle est la dignité du Saint Esprit. La nature du Saint Esprit, qui est immuable, est de donner toute chose en vérité. Existant de toute éternité, immuable et inaltérable par nature, le Saint Esprit est capable d'accorder aussi aux autres de jouir des biens célestes, qui ne passent et ne changent pas.

L'Ecriture appelle « mensonge » ce qui est périssable et ne dure pas, et « vérité » ce qui n'est pas périssable et qui dure. Celui qui affirme quelque chose qui n'existe pas est un menteur, et celui qui affirme quelque chose qui existe est un homme qui dit la vérité, il est donc évident que l'Ecriture donne le nom de « mensonge » à ce qui ne dure pas, et donc n'existe pas, et, inversement, le nom de « vérité » à ce qui dure éternellement.

Voilà pourquoi le bienheureux David a dit : « Moi j'ai dit dans mon trouble, tous les hommes sont menteurs » (Ps 115,2), ce qui signifie : je me suis enorgueilli et je me suis fait une haute idée de moi-même, et soudain je suis tombé dans de terribles malheurs. J'ai été assailli par la crainte (prenant conscience) que je n'étais rien. Il s'en serait fallu de peu que je ne me perdisse, si tu ne m'avais merveilleusement aidé et n'étais venu à mon secours. Je m'étonnais du nombre de calamités qui s'abattaient sur moi, et je compris que je m'étais fait à tort une haute idée de moi-même.

Je fis la découverte et l'expérience que les choses humaines sont néant, et que toutes manifestement sont mensonges. Même la richesse, la royauté, le pouvoir, et tout ce que les hommes considèrent comme grand et admirable, tout cela réuni – y compris notre existence – manifestement est mensonge. Nous donnons l'apparence d'exister, comme pour décevoir ceux qui nous voeint, car la mort finit par apporter la preuve que nous ne sommes rien, et que les choses importantes que nous croyons posséder nous quittent, toutes ensemble, à la fin de notre vie. »

Théodore de Mopsueste (Vème siècle)

homélies catéchétiques 10,3-4